31 mai 2006

Exposition

Quelques reproductions de mes oeuvres seront exposées par le Clan Takeda à l'occasion de "La nuit du Manga", qui se déroule le 4 juin au Glaz'art à Paris, de 18h à 2h du matin.
Le Glaz'art est un lieu d'exposition référencé par le guide des galeries de Paris.
le Glaz'art : 7 à 15 avenue de la Porte de la Villette 75019 Paris
Plus de renseignements sur le site du Glaz'art...

28 mai 2006

chabana

"Chabana" ou l'art de marier fleurs et thé...
40 x 30 cm. tirages limités

20 mai 2006

une simple théière...

Toujours dans la série du thé, une nouvelle théière...
Format 30 x 40 cm, tirages limités. Techniques mixtes.

14 mai 2006

Gong Fu Cha

Le "Gong Fu Cha", techniques traditionnelles et numériques. 30 x 30 cm.

08 mai 2006

pagode japonaise

Tout comme l'illustration "Maison de thé sur pilotis", il s'agit d'une réalisation entièrement réalisée sous Illustrator.

Dégustation d'un Tuo Cha de 1994

-














Ce tuo cha de 1994 est assez facile d'approche, avec des arômes facilement identifiables, qui permettra d'aborder le monde des tuo cha et Pu Er cru sans trop de difficultés.... Dans un premier temps, de rincer vos feuilles au moins deux fois, son amertume se développant très facilement. Pour ce type de Pu Er jeunes, un dosage modéré de 2gr. pour 10 cl. me semble largement suffisant.



J'ai dans un premier temps testé le tuo cha en zhong, qui a renforcé les arômes cendrés et délicatement épicés. J'ai été surpris de découvrir dès la deuxième infusion des arômes de champignons.
Le zhong va mettre en avant les notes les plus claires et fraiches. La liqueur est jaune-orangée. Outre ces arômes de champignons, ce thé évoque de douces notes fruitées. Au fil des infusions, la liqueur devient plus douce, plus ronde pour finalement laisser s'estomper les notes cendrées.

Testé ensuite en gong fu cha, avec 2 gr. pour 10 cl. dans une petite théière en terre dédiée habituellement aux Pu Er plus murs, il est intéressant de constater la mise en avant des notes fruitées. Les fameux arômes de champignons sont toujours à l'honneur. Ce sont des notes plus chaudes, rondes, voir légèrement sucrées qui ressortent. Les tannins sont fondus, l'ensemble est plus doux qu'avec le zhong. Les légères notes cendrées et épicées se font plus rares. Elles contribuent cependant à donner une impression de fraicheur en bouche.